L’Égypte mystérieuse - Léandre Austin
Léandre Austin

Je tiens un café plutôt sympathique sur la rue principale, ce qui me permet de faire toutes sortes de rencontres! Mon quotidien est donc enrichi de singulières et inspirantes personnes. Mon blogue, c’est définitivement cette vision que j’ai de la vie - proposée en format Web. Une sympathique ambiance règne dans chacune de mes écrits. J’espère que vous apprécierez me lire autant que j’ai du plaisir à écrire.

L’Égypte mystérieuse

L’Égypte mystérieuse - Léandre Austin

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de l’Égypte. Non pas que j’y sois allée, mais j’ai assisté à une conférence sur l’archéologie. Cela se passait dans une salle privée située à l’angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Ontario, non loin du musée d’art contemporain de Montréal. Nous étions une cinquantaine de personnes venues voir la projection, et tout ce monde bruissait de bavardages en attendant la conférencière.

Au bout de quelques minutes, une femme s’avança sur la scène et s’immobilisa derrière un pupitre. Elle tapota le micro, autant pour vérifier son fonctionnement que pour imposer le silence.

- Je suis Murielle, attachée à Radio-Canada, je dirige des recherches sur les récentes découvertes en Égypte. Je viens vous présenter notre dernière expédition.

L’écran derrière elle s’illumina et un schéma financier apparut. En préambule, Murielle commenta la planification financière personnelle de son équipe dont les fonds provenaient principalement de subventions. Ensuite, elle montra les préparatifs de l’expédition ; des photos étayèrent ses explications. Enfin, le diaporama entra dans sa phase décisive, à savoir les fouilles. Son équipe s’était rendue dans la vallée des rois. L’objectif : une tombe mise au jour dernièrement. La femme balaya l’écran avec son stylo laser :

- Nous voici à l’entrée de la sépulture.

Sur l’écran, une vidéo appuya ses dires, on y vit Murielle emprunter un dispositif inattendu qu’elle décrivait :

- Nous descendons, un par un, dans cette nacelle pendue à un treuil actionné par deux aides égyptiens. Elle nous amène à vingt mètres sous la surface du sol... Voilà, le caméraman nous a rejoints dans la salle des momies. Regardez, il y en a trois.

La vidéo montra l’exploratrice s’approcher des trois corps et en désigner un.

- On n’a jamais retrouvé celle de Néfertiti, la grande épouse royale du pharaon Akhenaton et la dernière hypothèse dit qu’elle serait dans une chambre secrète de la tombe de Toutânkhamon. Ici, nous sommes en présence de la vraie momie de la reine, j’en suis sûre !

Un « Oh ! » général s’éleva dans la salle. Moi-même, j’étais éberluée. Comment l’exploratrice pouvait-elle en être si certaine ? Elle expliqua :

- Des amulettes retrouvées sous les bandelettes de la momie, sont gravées au nom de « la belle est venue », c’est-à-dire Néfertiti !

Sur le film, on vit l’exploratrice prendre une médaille posée sur le torse de la momie et au même instant, la conférencière porta la main à son front, émit un gémissement et s’écroula sur scène.

La salle lança un cri de surprise. Deux assistants surgirent des coulisses pour venir porter secours à la femme qui gisait inanimée. Des clameurs fusèrent alors de l’assemblée :

- C’est la malédiction du Pharaon ! Tous ceux qui se sont intéressés de près ou de loin à Toutânkhamon sont morts de manière inexpliquée. Malédiction ! Malédiction...

Un médecin présent parmi les spectateurs se porta auprès de la victime, l’examina et chuchota quelque chose à l’un des assistants qui prit le micro :

- Mes chers amis, Murielle a fait un malaise dû à une hypoglycémie, rien de grave, le médecin va la remettre sur pieds ; quelques morceaux de sucre suffiront. Je vous remercie de rester calmement à votre place. Dans quelques minutes, tout sera revenu à la normale. Et croyez-moi, le diabète n’est le fait d’aucune malédiction !

Effectivement, me dis-je, tous les diabétiques du monde n’ont pas rencontré de momie !