Quand le temps passe trop vite - Léandre Austin
Léandre Austin

Je tiens un café plutôt sympathique sur la rue principale, ce qui me permet de faire toutes sortes de rencontres! Mon quotidien est donc enrichi de singulières et inspirantes personnes. Mon blogue, c’est définitivement cette vision que j’ai de la vie - proposée en format Web. Une sympathique ambiance règne dans chacune de mes écrits. J’espère que vous apprécierez me lire autant que j’ai du plaisir à écrire.

Quand le temps passe trop vite

Sans mon agenda électronique, je serais perdu. Je l’ai sur mon téléphone cellulaire, ma tablette, et même mon ordinateur. Bien sûr, tout est synchronisé. J’ajoute des alertes et je gère de tous ces appareils mon emploi du temps. Même ma conjointe y a accès, car cela facilite notre organisation avec les enfants. J’avais un rendez-vous avec le propriétaire d’une compagnie de remplacement toiture saint-jérôme, le mercredi prochain. J’avais prévu de sortir ce même mercredi soir, avec des amis. Je ne les avais pas revus depuis une éternité. Quand j’étais jeune, j’avais partagé un logement avec eux pendant plusieurs années. Nos études terminées, nous avions pris des voies professionnelles très différentes. Avec le temps, nous avions réussi à garder des nouvelles les uns des autres, principalement grâce aux réseaux sociaux. Nous revoir pour partager un bon repas ne nous était pas arrivé depuis au moins un an. J’attendais ce moment avec impatience.

Quand j’ai vu que le froid et la pluie étaient bien installés, ce fameux mercredi, je me suis couvert chaudement. Ma conjointe avait un dossier à terminer pour son patron, elle resterait donc avec nos filles à la maison. Comme j’avais pris une bouteille de vin et des feuilletés au saumon, de petites entrées que je voulais partager avec mes amis, j’ai pris un grand sac et j’ai réparti la nourriture à l’intérieur. C’était un grand sac de toile avec une fermeture éclair. Ce que j’avais mis à l’intérieur serait protégé de la pluie. J’ai vérifié que mon téléphone cellulaire était bien dans mes poches, ainsi que mon portefeuille. J’ai précisé que je ne m’attarderais pas, et je le pensais réellement quand je l’ai dit. Après avoir embrassé ma femme et mes filles, je suis parti.

La soirée fut formidable. Alex nous a servi diverses terrines et de pains aux graines. Il nous en a d’ailleurs donné les recettes. Christian avait une grande nouvelle à nous annoncer : nous étions tous conviés à son mariage, dans six mois. Il nous a promis que nous recevrions bientôt les invitations. Cette prévoyance, aussi longtemps en avance, cachait une raison. Il tint bon, et il ne nous l’a pas dévoilée. Patrice, lui, nous raconta son voyage en Afrique. Il montra des photographies de paysages magnifiques. Quelques portraits étaient réussis ; je lui ai demandé si je pouvais en faire développer quelques-uns sur un beau papier, et en grand format. Je n’avais pas vu le temps passer. Ce fut à plus de deux heures du matin que j’ai poussé la porte de mon entrée. Inutile de vous dire que ma femme n’était pas vraiment de bonne humeur…